Downliners Sekt

Publié le

la forme toujours depuis toutes à l'heure ? ouais vous vous dites la même chose que je suis en pleine crise aïgu d'article ,peut suis-je à mon apogée?peut etre que l'époque des vaches maigres arrive tout doucement....!En attendant je veux vous parler de Dowliners Sekt premièrement parce que leur musique est d'une qualité remarquable ,deuxièmement parce que cette dernière est totalement gratuite sur leur site et pour finir on peut les mettre dans la famille "Trip Hop" qui est vaste et dont chacun ce fera ça définition même si sans plus tarder je vous mais un lien vers un fidèle compagnon wikipedia définition Trip Hop !Voila je vais vous mettre les divers lien mais aussi une chronique faite par  Obskure qui à été mis sur le myspace du groupe avec d'autre toutes plus intéréssante les uns que les autres.



"le collectif ne considère plus sa musique que pour ce qu’elle est par nature : un véhicule. D’idées ou d’émotions, c’est vous qui verrez. En ce qui nous concerne, ce sera les deux à la fois, pour autant qu’on puisse comprendre l’abstraction instrumentale comme une forme d’alternative aux schémas généralement étriqués de la chanson à textes et autres formatages en règle. Le reste appartient à l’auditoire. Alors, voici cette musique extraterrestre, hypnotique et planante, mélancolique et acoustique ("Kaidan"), un brin noise parfois (les parasitages psych / shoegaze du final et spatial "Solstices", plus voyants sur un pesant "Shulgin"). Elle part à la conquête de l’espace, de ses zones de lumière comme de contrées plus ténébreuses. Downliners Sekt, c’est faire fi des schémas. Qu’un titre fasse quarante-quatre secondes ou plus de neuf minutes, là n’est pas le problème. Le seul défi à relever, c’est la capture (et donc la transmission) d’un substrat émotionnel. Tous les moyens seront bons, le groupe visant à travers un son mystérieux et un travail de progression et d’harmonie à une cinématographie de l’échappée ("Panic ! Sonic Monk"). "The Saltire Wave", somptueux ensemble de treize atmosphères partagées entre l’organique et le patinage des machines et effets, s’engage dans des chemins sinueux et opaques, dans les affres d’un Trip Hop de belle allure et aux teintes nocturnes (l’émouvant titre d’ouverture, "Scope Creep"), ou dans une dynamique plus furieuse, regardant l’industriel dans le rétroviseur et lui préférant une transe exotique ("Point Omega"). Les guitares, les batteries et les machines, tout s’enclenche telle une mécanique innée, issue de la Nature ; une vie qui ne s’arrêterait plus (la rythmique bouclée de "School Daze") et qui n’obéirait qu’à une solution inconnue : celle de cette confluence qu’on devinera au terme de mille chemins empruntés. "The Saltire Wave", c’est la cachette des sens, mais il s’y trouvera une lumière pour chacun parti défricher l’univers. Extraordinaire sur la forme et, sur le plan de la démarche et vu d’ici, exemplaire".

Chronique rélaisé par:Obskure

Pour télécharger les albums il suffit d'aller sur leur site cliquer sur l'onglet Relases ....je pense que vous y arriverer je vous conseille les trois album "state of purpose" avec la chansson
"weather underground"
feat. Emma Louise Yohanan pourait vous envoyer voyager très loin tout comme le reste d'ailleur !

Publié dans Culture -...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article